#Canada150 | #Innovation150

De la découverte de l’insuline et de la radiothérapie au développement de préparations pour nourrissons et de vaccins, les Canadiens ont toujours été à l’avant-garde de l’innovation médicale. Célébrez avec nous alors que nous présentons quelques-unes des plus grandes réalisations canadiennes.

 

2013

Cibler les cellules souches du cancer pour stopper la croissance

Dr John Dick et des chercheurs de l'Hôpital Princess Margaret de Toronto utilisent un inhibiteur expérimental de petites molécules pour bloquer efficacement la voie IMC1, le gène et la protéine qui régulent les cellules souches du cancer du côlon. En stoppant les cellules souches cancéreuses de se renouveler, de proliférer et de se différencier en une tumeur maligne, la croissance du cancer est efficacement stoppée. Cette approche peut également avoir des applications cliniques pour le traitement d'autres types de cancer.

University Health Network Toronto

2013

La découverte du nouveau modèle de microtissus

Le tout premier tissu cardiaque arythmique humain vivant tridimensionnel est reproduit par une équipe de chercheurs sur les cellules souches à l'Université de Toronto. L'un des avantages intéressants de cette recherche est qu'il existe maintenant une formule pour concevoir le type et le rapport précis des types de cellules cardiaques pour produire les microtissus fonctionnels d'un cœur humain qui peuvent être utilisés pour mesurer les réponses cardiaques humaines normales et malades aux médicaments.

Wikimedia Commons

2011

Premier vaccin de prévention du VIH

Un vaccin préventif contre le VIH est développé par le Dr Chil-Yong Kang et son équipe de recherche à l'Université de Western Ontario à London en Ontario. Ce vaccin est actuellement (2014) en phase 2 et 3 des essais cliniques.

Courtoisie de Paul Mayne, Western University

2007

Découverte d'un nouvel agent contre le paludisme

Le paludisme touche plus de 200 millions de personnes chaque année et tue environ 660 000 personnes. La résistance aux médicaments et aux insecticides rend l'élimination de cette maladie difficile. Les recherches menées par le Dr Lakshmi Kotra de l'University Health Network de Toronto peuvent mener à une solution. Dr Kotra découvre qu'un composé synthétique (le PK-15) inhibe une enzyme clé, appelée l'OCDase, dont le parasite du paludisme a besoin pour vivre et se reproduire.

Wikimedia Commons

2006

Le scyllo-inositol pour réduire les sympómes de la maladie d'Alzheimer

Des chercheurs de l'Université de Toronto découvrent que les symptômes de la maladie d'Alzheimer chez la souris peuvent être inversés avec de l'alcool du sucre de la plante appelée scyllo-inositol. Le scyllo-inositol (médicament-candidat ELND005) est actuellement en essais cliniques de phase II pour la réduction de l'agressivité et l'agitation associée à la maladie d'Alzheimer et aux changements d'humeur dans les troubles bipolaires.

Imagerie médicale montrant la perte de connectivité entre des neurones.

2004

Billes utilisées en radiothérapie contre le cancer du sein.

Des billes à faible dose de palladium radioactif sont utilisées pour traiter les patientes atteintes d'un cancer du sein sur une base ambulatoire au Women's Research Institute de l'Hôpital Sunnybrook à Toronto. Cette thérapie ciblée injectée permet de réduire les effets secondaires du rayonnement et améliore la qualité de vie des patientes atteintes d'un cancer du sein.

Wikimedia Commons

2002

Premier vaccin contre la méningite infantile

Immunologiste au Conseil national de recherches Canada, le Dr Harry Jennings développe un vaccin synthétique très efficace appelé NeisVac-C, qui protège les personnes de tous âges contre la méningite à méningocoque, une maladie transmise par la bactérie Neisseria meningitidis. Le vaccin est efficace pour les bébés aussi jeunes que 2 mois.

Photo NRC-CNRC

2000

Premier vaccin pour prévenir la maladie d'Alzheimer chez les souris

Prenant des mesures en vue d'améliorer notre compréhension de la démence, le Dr Peter St. George-Hyslop de l'Université de Toronto développe un vaccin qui prévient la maladie d'Alzheimer chez la souris.

Wikimedia Commons

1997

Pansements de cristaux d'argent nanocristallins

La première application thérapeutique commerciale du monde de la nanotechnologie est inventée par le Dr Robert Burrell de l'Université de l'Alberta. Commercialisés sous le nom de Acticoat™ Flex, ces pansements libèrent des cristaux d'argent nanocristallins qui aident à prévenir les infections et favorisent la cicatrisation. Acticoat ™ est maintenant utilisé dans plus de 40 pays à travers le monde.

Smith & Nephew

1996

Nouvelle méthode de traitement pour le rétinoblastome

La Dre Brenda Gallie de l'Hôpital pour enfants malades de Toronto identifie la raison pour laquelle les tumeurs du rétinoblastome (RB) - un cancer rare de la rétine de l'œil chez l'enfant - sont résistants à de nombreux médicaments. Dre Gallie et sa collaboratrice, Dre Helen Chan, ont depuis développé une modification à la chimiothérapie qui a permis de sauver les yeux des enfants atteints de rétinoblastome avec le plus grand succès

Wikimedia Commons

1995

Co-découverte du médicament photodynamique Vertporfin pour traiter la dégénérence maculaire liée à l'âge

La société de biotechnologie canadienne Quadra Logic Technologies (maintenant QLT Inc.), cofondée par Julia Levy, développe et commercialise le médicament photodynamique (sensible à la lumière) Visudyne™. Ce médicament révolutionnaire est maintenant utilisé dans le monde entier pour traiter la dégénérescence maculaire liée à l'âge, ainsi que diverses formes de cancer.

Wikimedia Commons

1995

Indentification des génes de l'apparition précoce de la maladie d'Alzeimer

Le Dr Peter St George-Hyslop et une équipe de chercheurs de l'Université de Toronto découvrent et clonent deux gènes, appelés présénilines. Les mutations dans ces gènes sont responsables des protéines bêta-amyloïde qui s'accumulent dans le cerveau et provoquent l'apparition précoce de la maladie d'Alzheimer familiale. Cette découverte dévoile une cible pour le développement de nouveaux médicaments potentiels et représente une étape clé pour élucider le mystère de la maladie d'Alzheimer.

Wikimedia Commons

1993

Le développment de la mutagenése dirigée

Le Dr Michael Smith de l'Université de la Colombie-Britannique remporte le prix Nobel de chimie pour sa nouvelle méthode novatrice de reprogrammation de l'ADN appelée mutagenèse dirigée. Cette méthode révolutionne le génie génétique en créant un moyen plus simple et plus facile d'introduire des mutations spécifiques dirigées dans les gènes. Dans le développement pharmaceutique, cette technique peut être utilisée pour des protéines qui ont des propriétés spécifiques qui font appel à la biologie ou qui sont adaptées à une application précise.

Le Temple de la renommée médicale canadienne

1993

La découverte de l'apolipoprotéine E4 comme facteur de risque pour la maladie d'Alzheimer

Le Dr Judes Poirier de l'Université McGill à Montréal découvre l'allèle apolipoprotéine E4 (apoE4), un facteur de risque génétique de la maladie d'Alzheimer. L'allèle E4 a été associé à des niveaux inférieurs d'apoE4 dans le tissu du cerveau de patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Le travail de pionnier du Dr Poirier ouvre la voie à l'identification réussie de plusieurs inducteurs puissants d'apoE qui sont actuellement en développement préclinique.

Wikimedia Commons

1991

Essais cliniques du 3TC contre l'hépatite B

Le Dr Lorne Tyrrell de l'Université de l'Alberta effectue des essais cliniques clés à l'aide d'un canard de Pékin comme modèle qui démontre l'activité antivirale du 3TC (lamivudine) contre le virus de l'hépatite B (VHB). Cette recherche conduit au premier médicament antiviral oral pour le VHB, qui sera utilisé dans le monde entier.

Le Temple de la renommée médicale canadienne

1989

Identification du géne de la fibrose kystique

Utilisant le clonage positionnel, le Dr Lap-Chee Tsui et une équipe de scientifiques de l'Hôpital pour enfants malades de Toronto découvrent le gène et le défaut moléculaire responsable de la fibrose kystique. Cette découverte est considérée comme la percée la plus significative de la génétique humaine en 50 ans!

Le Temple de la renommée médicale canadienne

1989

Le 3TC se joint à la lutte contre l'hépatite B et le VIH

Le Dr Anthony Pawson de l'Institut de recherche Samuel Lunenfeld à Toronto découvre le domaine de la protéine SH2 impliquée dans le contrôle du comportement cellulaire. Une nouvelle génération de médicaments ciblés contre le cancer qui ne tuent que les cellules cancéreuses, comme l'inhibiteur de tyrosine kinase imatinib (vendu au Canada sous le nom de Gleevec™), a été développée sur la base de la recherche sur les protéines du Dr Pawson.

Le Temple de la renommée médicale canadienne

1985

Découverte du domaine de la protéine SH2

Dr. Anthony Pawson of the Samuel Lunenfeld Research Institute in Toronto discovers the SH2 protein domain involved in controlling cell behaviour. A new generation of targeted cancer drugs that only kill cancer cells, such as the tyrosine-kinase inhibitor Imatinib (sold in Canada as Gleevec™), have been developed based on Pawson's protein research.

Wikipedia Commons

1983

Découverte du récepteur des cellules T

Le Dr Tak Wah Mak de l'Institut du cancer de l'Ontario à Toronto découvre la structure du récepteur des cellules T, une des clés de la fonction du système immunitaire humain, et surnommé « le Saint-Graal du système immunitaire. » Depuis, l'équipe qu'il dirige a produit 20 molécules brevetées pour utilisation dans le développement de médicaments.

Le Temple de la renommée médicale canadienne

1981

Découverte du peptide netriurétique auriculaire

Une équipe dirigée par le Dr Adolfo de Bold de l'Université Queen à Kingston découvre l'hormone cardiaque peptide natriurétique auriculaire (ANP), qui démontre que le cœur n'est pas seulement une pompe, mais un organe endocrine. Cette découverte marquante, importante pour la médecine cardiovasculaire, a révolutionné notre compréhension de la physiologie et de la fonction cardiaque, résultant dans l'amélioration des thérapies et des outils de diagnostic pour un certain nombre de maladies cardiaques.

Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa

1980

Développement du ganciclovir pour soigner ou prévenir le cytomégalovirus (CMV)

Le Dr Kelvin Kenneth Ogilvie de l'Université McGill à Montréal développe le ganciclovir, un médicament antiviral utilisé pour traiter ou prévenir le cytomégalovirus (CMV). Le CMV est un type de virus de l'herpès qui attaque les gens dont le système immunitaire est affaibli, comme les personnes vivant avec le VIH/sida ou le cancer, ainsi que les personnes ayant subi une greffe d'organe.

Wikimedia Commons

1978

L'utilisation de l'aspirine pour la prévention des AVC

Le Dr Henry Barnett de l'Université Western Ontario mène une étude canadienne démontrant que l'aspirine (l'acide acétylsalicylique ou l'AAS) peut prévenir les AVC. Une faible dose d'aspirine chaque jour est largement adoptée par la communauté médicale comme traitement préventif des AVC et des crises cardiaques.

Wikimedia Commons

1977

Découverte de l'hormone prolactine et de son impact sur la fertilité

Le Dr Henry Friesen de l'Université McGill à Montréal isole et purifie l'hormone hypophysaire de prolactine humaine et définit son rôle comme une cause majeure d'infertilité chez les femmes. Collaborant avec des chercheurs de l'industrie pharmaceutique, il est responsable de l'introduction de nouvelles thérapies, comme la bromocriptine, qui ont contribué à traiter l'infertilité chez les femmes dans le monde entier.

Wikimedia Commons

1974

Identifcation de la glycoprotéine-P

La glycoprotéine P, une glycoprotéine de surface cellulaire, est identifiée comme une cause majeure de la résistance aux médicaments par le Dr Victor Ling de l'University Health Network de Toronto. Cette découverte conduit à une meilleure compréhension de la façon dont les médicaments se déplacent dans et en dehors des cellules.

Wikimedia Commons

1972

Découverte de l'héparine pour les caillots sanguins

Le Dr Jack Hirsh de l'Université McMaster observe la relation entre l'activité anticoagulante in vitro de l'héparine et sa capacité à traiter la thrombose veineuse (caillots sanguins dans les veines). L'héparine trouve des applications cliniques immédiates et généralisées. Plus tard dans sa carrière, le Dr Hirsh et ses collègues établissent également la valeur de l'aspirine dans la prévention des accidents vasculaires cérébraux.

Wikimedia Commons

1970

Premiers essais de la cyclosporine pour les greffes de reins

Le Dr Calvin Stiller de l'Hôpital universitaire de London en Ontario effectue l'un des premiers essais cliniques sur l'efficacité de la cyclosporine, un médicament immunosuppresseur utilisé dans la greffe de rein. La cyclosporine s'avère un médicament antirejet efficace pour les greffes de rein, ainsi que pour celles du cœur, de l'intestin, du poumon et les greffes de moelle osseuse.

Le Temple de la renommée médicale canadienne

1969

La vitamine D est ajoutée au lait pour réduire le taux de rachitisme

Le Québec devient la première province à ajouter de la vitamine D dans le lait, en se fondant sur la recherche et la promotion du pédiatre et généticien montréalais, Dr Charles Scriver, qui a découvert les formes héréditaires de rachitisme chez les enfants. Avec le lait enrichi de vitamine D, l'incidence du rachitisme chez le nourrisson a chuté de façon spectaculaire. Grâce aux études du Dr Scriver, la vitamine D est ajoutée à la totalité du lait canadien.

Wikimedia Commons

1967

Prévenir l'empoisonnement infantile: premiers couvercles sécuritaires de contenants de médicaments à l'épreuve des enfants

Préoccupé par le nombre croissant d'enfants accidentellement empoisonnés à la suite de l'accès aux médicaments à la maison, le Dr Henri Breault, pédiatre et diplômé de l'Université de Western Ontario, développe le premier couvercle de sécurité à l'épreuve des enfants pour les contenants de médicaments. Cette innovation permet de réduire considérablement le nombre d'empoisonnements infantiles.

Wikimedia Commons

1967

Un vaccin lyophilisé contribue à l'éradication de la variole

Le vaccin antivariolique lyophilisé canadien développé par les Laboratoires Connaught sert de norme internationale pour le programme mondial d'éradication de la variole. En mai 1980, l'Organisation mondiale de la Santé déclare que la variole est éradiquée à l'échelle mondiale.

Courtesy of Sanofi-Pasteur Canada

1965

Découverte du premier antigène tumoral

Les Drs Phil Gold et Dr Samuel O. Freedman de l'Université McGill à Montréal découvrent ensemble le premier antigène tumoral identifiable, l'antigène carcinose embryonnaire (CEA). La découverte de ce marqueur oncologique mène à la mise au point du premier test sanguin aux fins de diagnostic de cancer en 1970, qui reste encore aujourd'hui le test le plus souvent utilisé en oncologie dans le monde entier.

Archives de l'American Association for Cancer Research

1962

Pharmacologie + génétique = Pharmacogénétique

Le Dr Werner Kalow de l'Université de Toronto mêle pharmacologie et génétique, ce qui deviendra une sous-spécialité appelée pharmacogénétique. Le Dr Kalow découvre des variations génétiques de la cholinestérase plasmatique, ce qui peut provoquer des réactions potentiellement mortelles à l'anesthésie (médicaments qui bloquent le trajet de la douleur) chez certaines personnes et il est l'auteur du premier manuel sur la pharmacogénétique.

Bibliothèque et Archives Canada - http://data2.archives.ca/e/e265/e006610229-v6.jpg

1961

Découverte de l'hormone calcitonine

Le Dr Harold Copp de l'Université de la Colombie-Britannique découvre la calcitonine, une hormone qui régule le taux de calcium dans le sang. La calcitonine est utilisée pour traiter la maladie de Paget, l'ostéoporose et l'arthrite rhumatoïde. Comptant parmi les hormones les plus importantes pour fins médicales, la calcitonine se situe au deuxième rang après l'insuline en terme d'utilisation dans le monde.

Le Temple de la renommée médicale canadienne

1959

Développement do la vinblastine en chimiothépie

En 1958, les Drs Charles Beer et Robert L. Noble de l'Université de Western Ontario isolent le médicament anticancéreux, vinblastine, à partir des feuilles de la pervenche de Madagascar. La découverte de la vinblastine représente une étape importante dans la chimiothérapie dans le traitement du cancer. La vinblastine est l'un des médicaments anticancéreux les plus efficaces, en particulier pour le traitement de la leucémie et du testicule.

Wikimedia Commons

1955

Le Canada contribue au succès du vaccin contre la poliomyélite!

La R et D au Canada est critique au développement, à l'évaluation et à la production à grande échelle du vaccin Salk contre la poliomyélite. Cela comprenait la culture sécuritaire du poliovirus, à l'aide du Medium 199, et un processus d'incubation appelé la « méthode de Toronto », qui a permis d'augmenter les quantités de poliovirus pour l'essai. Le vaccin Salk est autorisé en Amérique du Nord en 1955, suivi d'une campagne de vaccination de masse.

Wikimedia Commons

1953

Essai clinique de la chlorpromazine pour traiter la schizophrènie

À Montréal, les Drs Heinz E. Lehmann et G. Hanrahan mènent le premier essai clinique du médicament antipsychotique, la chlorpromazine. Un essai clinique auprès de 75 patients atteints de maladie mentale montre que la chlorpromazine peut supprimer les hallucinations et la paranoïa délirante. En fin de compte, la chlorpromazine devient le traitement antipsychotique standard pour la schizophrénie.

Wikimedia Commons

1951

La création de cobalt 60 (" la bombe de cobalt ") en radiothérapie

À Saskatoon, le Dr Harold Elford Johns développe un appareil capable de diriger des rayonnements au cobalt 60 sur des tumeurs à des doses sécuritaires et mesurées. La même année, la première utilisation médicale de la radiothérapie, en utilisant la « bombe au cobalt », se produit à l'hôpital Victoria, à London en Ontario. Cette innovation fournit un autre outil précieux pour le traitement du cancer qui conduit à de nombreux nouveaux programmes de traitement oncologique. La chimiothérapie et la radiothérapie sont souvent utilisées en combinaison pour réduire les tumeurs et tuer les cellules cancéreuses.

Université de Saskatchewan, Archives et Collections spéciales de l'université, A-3622

1944

Première électrophrorèse des protèines

La première séparation des protéines par électrophorèse est réalisée par la Dre Maud Menten, l'une des premières femmes médecins au Canada et diplômée de l'Université de Toronto. L'électrophorèse est largement utilisée dans la recherche pharmaceutique pour isoler les protéines qui pourraient avoir des applications pharmaceutiques.

Wikimedia Commons

1941

Développement des premiers vaccins cobinés contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos

Laboratoires Connaught de l'Université de Toronto développe les premiers vaccins combinés pour immuniser contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos (DCT). Aujourd'hui, la plupart des vaccins infantiles fournissent une protection pour une combinaison de maladies.

Courtesy of Sanofi-Pasteur

1938

Premiéres etudes pour valider le vaccin contre la tuberculose

Le Dr Armand Frappier de l'Institut de microbiologie et d'hygiène de Montréal fait la promotion de la vaccination à grande échelle contre la tuberculose en Amérique du Nord en utilisant le vaccin contre le bacille Calmette-Guérin (BCG). Son plaidoyer et ses recherches ont donné lieu à des rapports de vaccination de grande valeur qui ont fourni la preuve de l'efficacité du vaccin BCG. Les rapports du Dr Frappier sont encore utilisés aujourd'hui pour les études épidémiologiques.

© Musée Armand-Frappier

1930

Développement du Pablum

Le Pablum, une céréale pour nourrissons additionnée de vitamines (A, B, D et E), est développé par les pédiatres Frederick Tisdall, Theodore Drake et Alan Brown de l'Hôpital pour les enfants malades de Toronto. Comme premier aliment transformé pratique spécifiquement conçu pour les bébés, le Pablum révolutionne la nutrition infantile en aidant à prévenir la malnutrition et le rachitisme, une maladie invalidante de l'enfance.

Wikimedia Commons

1928

Premier fabricant canadien de vitamine D

Charles E. Frosst & Co. de Montréal est le premier producteur de vitamine D synthétique 2 au Canada. Dans l'ensemble, la vitamine D soutient le développement des os. Elle aide le corps à absorber le calcium et le phosphore et prévient le rachitisme, une maladie de l'enfance caractérisée par une lente déformation des os, en particulier les os longs des jambes.

Wikimedia Commons

1925

Découverte de l'hormone parathyroide

Le Dr James Bertram Collip de l'Université McGill à Montréal découvre l'hormone parathyroïdienne. Cette découverte mène à une meilleure compréhension de la façon dont le corps régule le calcium et au développement de nouveaux traitements de l'ostéoporose, la maladie de Paget et d'autres maladies osseuses.

Wikimedia Commons

1922

Développement de l'insuline pruifée

En tant que membre de l'équipe Banting-Best des Laboratoires de recherches médicales Connaught à Toronto, Peter Joseph Moloney développe une méthode d'utilisation de l'acide benzoïque de concentration et de purification de l'insuline, ce qui permet la production de l'insuline à grande échelle. C'est la première préparation pure et sécuritaire de l'insuline pour le marché mondial.

Courtesy of Sanofi-Pasteur Canada

1921

Découverte de l'insuline pour soigner le diabète

Frederick Banting et son collègue, Charles Best, sous la direction de John Macleod, réalisent des études sur les animaux avec des chiens à l'Université de Toronto qui prouvent que l'insuline est l'hormone impliquée dans le métabolisme du glucose. Avec des contributions supplémentaires du Dr James Bertram Collip, cette découverte conduit finalement à un moyen de traiter le diabète. En 1923, le Dr Banting et ses collègues reçoivent le premier prix Nobel du Canada dans la catégorie Physiologie ou Médecine.

Wikimedia Commons

1921

Découverte du premier anticoagulant

Frank Schofield, un vétérinaire pathologiste au Collège vétérinaire de l'Ontario, identifie un anticoagulant puissant (qui empêche la coagulation du sang) dans la moisissure de l'alimentation du bétail. Le composé, identifié plus tard comme le dicoumoral, ouvre la voie à la découverte d'inhibiteurs de la vitamine K, qui empêchent la coagulation du sang pendant la chirurgie et qui préviennent les AVC et les infarctus provoqués par des caillots sanguins.

Wikimedia Commons

1914

Premiers vaccins et sérums de santé publique produits au Canada

Fondé par le Dr John Gerald FitzGerald, le Antitoxin Laboratories de l'Université de Toronto commence la production de la première antitoxine diphtérique fabriquée au Canada. En 1917, le laboratoire a été rebaptisé le Connaught Antitoxin Laboratories. En 1920, avec sa vision de rendre les médicaments de santé publique universellement disponibles, une gamme de produits de prévention Connaught est disponible au Canada.

Courtoisie de Sanofi-Pasteur Canada